Confinement à Kinshasa: Claudel Lubaya et d’autres élus plaident pour la nécessite de mobiliser localement une aide alimentaire pour les démunis

A travers une correspondance commune de ce vendredi 27 mars 2020, les députés nationaux Claudel André Lubaya, Juvénal Munubo, Patrick Muyaya et la sénatrice Francine Muyumba plaident pour la nécessite de mobiliser localement et auprès des personnes de bonne volonté une aide alimentaire substantielle en faveur des plus démunis.

Dans ce même document, ces élus nationaux invitent le gouvernement à agir avec empathie et expressément pour atténuer l’angoisse sociale en assurant la population sur sa réponse en matière économique, sociale et humanitaire.

Ces parlementaires qui disent constater un déficit d’appropriation par le gouvernement dans la mise en oeuvre des mesures consécutives à la proclamation de l’État d’urgence, exhortent ce dernier à engager de façon coordonnée des actions de nature à rendre opérationnelles les mesures édictées par le Président de la République, et de poursuivre que la population est inquiète et a l’impression que gouvernement lui fait porter toute la charge de la crise.

Ainsi, pour permettre à la population de faire face aux mesures de confinement dont le succès, l’efficacité et l’effectivité reposent sur la prise en charge de la dimension économique ces parlementaires invitent le gouvernement à assurer la population de :
La stabilité mieux de la baisse des prix des biens de première nécessité en faisant usage de fermeté face à l’inflation galopante et à la spéculation.

La nécessité de mobiliser localement et auprès des personnes de bonne volonté une aide alimentaire substantielle en faveur des plus démunis.

L’accès à l’eau potable et à l’électricité ainsi que l’allègement des coûts et conditions de leur consommation au mieux une prise en charge totale des factures y relatives pendant cette période.
L’indulgence des bailleurs face aux locataires des autres fournisseurs de divers services y compris les créanciers à l’égard de leur clientèle en cette période difficile.

L’impératif de revoir à la baisse les tarifs des communications téléphoniques et l’Internet et que l’État d’urgence ne viole les droits fondamentaux prévus à l’article 61 de la Constitution notamment le droit à la vie, à la légalité des infractions et des peines et de veiller à ce que la police face preuve de professionnalisme.

David Saveur Mikobi