Haut-Katanga/Lutte Contre Covid-19 : État de droit ou état de jungle ?


Après la mesure du maire de la ville de Lubumbashi portant interdiction de taximotos et marchés pirates au centre ville est égal à l’avant sa mesure.Triste constat observé depuis lundi dernier après le confinement des 48 heures dans les avenues du centre-ville de Lubumbashi. Les taximotos roulent comme si de rien n’était; les marchés pirates se portent très bien. Pendant ce temps, les passagers d’intercommunes sont toujours bien confinés dans les bus de transport en commun au rythme de kimbirikité( faire le plein et rebrousser en mi-chemin). Noir sur blanc, il ressort clairement que les mesures de l’autorité peinent à être respectées .

Malgré les barrières érigées par l’autorité urbaine, tout est foulé au pied. Manque de leadership ou complaisance dans la lutte contre la Covid-19?

Pas loin de Lubumbashi, à kolwezi voisin, la population suit à la loupe les instructions des autorités. Les Kolweziens plus disciplinés que les Loushois ou seulement il n’y a pas photos entre les centres d’impulsions de décisions de ces deux entités?

Pendant ce temps, les morgues innondées reçoivent des foules immenses sous les yeux impuissants de l’autorité urabaine vraissemblablement au bout de souffle. Oui, au bout de souffle même dans sa communication avec de militants de certaines formations politiques qui foulent souvent au pied ses décisions.

Devant ce tableau si sombre de manque d’une gestion rationnelle contre la COVID-19, prêt à nous conduire tout droit au suicide collectif, une droite opinion s’alarme, » N’est-ce pas le moment d’assister à quelques démissions, chacun dans son secteur, pour l’intérêt général?

N’a-t-il pas sonné, l’heure à laquelle, il faut placer des hommes qu’il faut à la place qu’il faut pourvu que la population se sente du moins protégée pendant cette période critique ou le Coronavirus ravage sans pitié.

Peut-ont déduire à la lumière du triste constat dans la ville de Lubumbashi que l’État a peur de sa population ?

Papy Nyange